Savoir-Etre ou Mourir
toute originalité est un aiglon qui ne brise la coquille de son oeuf que dans les aires sublimes et foudroyantes du Sinaï
(Aloysius Bertrand)

Introduction | Balzac | Baudelaire | Disraeli | Théophile Gautier | Hussards | Huysmans | Impressionnistes | Kafka | Lautréamont | Mallarmé | Maupassant | Musset | Nabis | Nerval | Poe | Proust | Romantiques | George Sand | Whistler



Théophile Gautier (1811-1872)


Théophile Gautier fut du soir de la "bataille d’Hernani". Et il suffirait de dire ici qu’il porta à cette occasion un gilet rouge qui fit scandale.

La personnalité de Théophile Gautier fut plus complexe cependant que ce détail vestimentaire et son art plus profond que bien des défenseurs du roi Hugo. Dans sa jeunesse, Théophile Gautier fonda et participa à un petit cénacle qui comptait Nerval dans ses maigres rangs. "Il était de mode alors dans l’école romantique, dit-il plus tard, d’être pâle, livide, verdâtre, un peu cadavéreux, s’il était possible. Cela donnait l’air fatal, byronien". Byronien, Théophile Gautier le fut aussi assurément qu’il fut romantique et même s’il était lucide tant sur son dandysme que sur son courant littéraire, il leur resta fidèle jusqu’à la fin.


La première d'Hernani par Besnard


Détail

Sa fidélité se teinta cependant de maturité. Sa profondeur n’était pas feinte et provenait d’un pessimisme et d’une angoisse inaltérables. Ses romans et sa poésie dépassèrent d’ailleurs largement ses exaltations de jeunesse. Synthèse, selon Hugo, de "la Grèce et de la jeune France", Gautier élabora vite un culte de l’art, devançant Wilde sur les thèmes de la moralité dans l’œuvre et de l’ "Art pour l’Art".

Gautier affina cette philosophie grâce à de nombreux séjours en Espagne, en Italie, en Russie, en Turquie et, bien sûr, en Grèce. Parallèlement, il se lança dans le journalisme, comme tant d’autres, pour assurer sa sécurité matérielle, et publia de nombreux travaux de critique esthétique et littéraire.

Auteur du roman La demoiselle de Maupin, du recueil de poésies Emaux et Camées et de tant d’autres œuvres majeures, Gautier inspira Baudelaire, le Parnasse et les dandys … entre autres. Versant un peu plus dans la mondanité sous le Second Empire grâce à la princesse Mathilde avec qui il était lié d’amitié, Gautier le sensible supporta mal la défaite de la France et s’effondra avec dignité en 1872.


Introduction | Balzac | Baudelaire | Disraeli | Théophile Gautier | Hussards | Huysmans | Impressionnistes | Kafka | Lautréamont | Mallarmé | Maupassant | Musset | Nabis | Nerval | Poe | Proust | Romantiques | George Sand | Whistler

Accueil