Savoir-Etre ou Mourir
toute originalité est un aiglon qui ne brise la coquille de son oeuf que dans les aires sublimes et foudroyantes du Sinaï
(Aloysius Bertrand)

Introduction | Balzac | Baudelaire | Disraeli | Théophile Gautier | Hussards | Huysmans | Impressionnistes | Kafka | Lautréamont | Mallarmé | Maupassant | Musset | Nabis | Nerval | Poe | Proust | Romantiques | George Sand | Whistler



Huysmans (1848-1907)


Huysmans fut avant tout le célèbre auteur du fameux A rebours considéré comme la Bible du décadentisme. Lui-même désigné comme le dandy décadent par excellence, Huysmans fut surtout victime de son époque. Comment, en effet, être excentrique, "à part", après Brummel, Byron et les autres ? Comment ne pas tomber dans la répétition lorsqu’on n’a peut-être pas l’intelligence de Loti ou la notoriété de Jean Lorrain, sinon en forçant l’outrance et la monstration de mœurs douteuses ?

Huysmans dandy ? La question n’est pas simple à trancher car il ne suffit pas de détester la société au point de la provoquer rageusement pour en être. Sa biographie, cependant, ne se résume pas à cet ouvrage pamphlétaire. Inspiré par les dandys qui l’ont précédé, sans doute marqué par les frasques de Byron ou de Wilde, il cherche à atteindre la perfection dandie dans l’espace laissé vacant par ses contemporains agités, romantiques, symbolistes, impressionnistes et autres hermétiques.


Huysmans vu par ...

Qu'on se figure un grand sécot à la barbe blonde, aux traits pointus, aux yeux vifs et railleurs, avec un nez d'aigle, un front en poire et l'ensemble de toute la tête ayant une physionomie méphistophélique.

Francis Enne (ami de Huysmans)


Un régulier en apparence, un calme dans la vie privée, un monsieur auquel vous donneriez le bon Dieu sans confession. Mais regardez bien la tête singulière de l'homme, les cheveux poivre et sel, drus, en broussaille, les yeux clairs et malicieux, le nez busqué, cassé ; la barbe blonde aux moustaches de chat. Gare ! le félin griffe, démolit à coups d'ongle la bêtise humaine qu'il a observée de très près.

Robert Caze (journaliste qui signait Lousteau à l'Opinion)


Sa personne physique est en parfait rapport avec sa personnalité littéraire ; il est grand, maigre, blond grisonnant ; le visage est singulier, creusé, tiré ; sur cette physionomie intelligente, toutes les émotions, toutes les sensations se peignent par des tiraillements, par des froncements ; mais toutes ces contractions, ces horripilations, se fondent dans la jolie expression riante des yeux, et si Huysmans parle, on est alors conquis par la grâce à la fois goguenarde et mélancolique de sa conversation, par l'honnêteté dégoûtée qu'il montre sans affectation quand elle est comportée par le sujet en discussion.

Gustave Geoffroy (feuilletonniste à la Nation)


Grand et blond, maigre et blême, il avait une barbe pâle, des doigts effilés et pointus, une main remuante, un oeil gris aiguisé, les cheveux hérissés de poils blancs... Son dos un peu courbe et son épaule gauche légèrement déjetée, il paraissait maladif et pauvre. Sa façon d'arpenter les rues était pour le moins singulière. Il avançait par sursauts, piétinait sur place, s'élançait tout à coup ainsi qu'une grande sauterelle, filait à toute volée, tenant son parapluie sous le bras, comme un magister, se frottant sans raison les mains ...

Huysmans (sous le nom de Cyprien dans En Ménage)



Introduction | Balzac | Baudelaire | Disraeli | Théophile Gautier | Hussards | Huysmans | Impressionnistes | Kafka | Lautréamont | Mallarmé | Maupassant | Musset | Nabis | Nerval | Poe | Proust | Romantiques | George Sand | Whistler

Accueil