Savoir-Etre ou Mourir
toute originalité est un aiglon qui ne brise la coquille de son oeuf que dans les aires sublimes et foudroyantes du Sinaï
(Aloysius Bertrand)

Introduction | Balzac | Baudelaire | Disraeli | Théophile Gautier | Hussards | Huysmans | Impressionnistes | Kafka | Lautréamont | Mallarmé | Maupassant | Musset | Nabis | Nerval | Poe | Proust | Romantiques | George Sand | Whistler



Les Romantiques



Classiques et romantiques


Etude pour La bataille d'Hernani par Besnard
Le Romantisme est parfois défini comme une interrogation : interrogation de l’histoire, interrogation de l’art, interrogation du présent. Il est ainsi conceptuellement lié au Dandysme, tant par sa révolte que par son refus d’un état moral et artistique décati.

Les amis de Hugo firent des scènes des théâtres, des journaux et des tribunes les lieux de la bataille contre la "vieillerie poétique" et contre l’Académie, le siège du camp des "classiques". Commençant grâce à Stendhal et Mérimée, se poursuivant avec Hugo, Lamartine, Nodier, Nerval, Gautier, Dumas, Balzac ou Delacroix pour les plus célèbres, cette guerre sans merci pour l’héroïsme et le lyrisme trouva dans la représentation d’Hernani son sommet le plus célèbre.

Fils de Napoléon comme le Dandysme, le Romantisme redécouvrit ou inventa des mythes, créa des héros qui répondaient au vulgaire du temps présent. La légende napoléonienne les inspira donc particulièrement, l’Empereur devenant le héros sublime de l’Histoire.

Marqués par le destin, la mélancolie et le mal de vivre, les héros romantiques furent souvent parias, parfois des ironiques, toujours des souffrants. Ces figures de la littérature, comme Fabrice del Dongo ou les personnages de Walter Scott, inspirèrent les dandys, ces éternels insatisfaits.



Introduction | Balzac | Baudelaire | Disraeli | Théophile Gautier | Hussards | Huysmans | Impressionnistes | Kafka | Lautréamont | Mallarmé | Maupassant | Musset | Nabis | Nerval | Poe | Proust | Romantiques | George Sand | Whistler

Accueil