Savoir-Etre ou Mourir
il est vrai qu'aucun dandy ne peut totalement coïncider avec le mythe et que cela importe peu, puisque, en fin de compte, l'homme agit et pense en fonction d'une parole myhtique (Emilien Carassus)

Introduction | Gabriele d'Annunzio | Milord Arsouille | Barbey d'Aurevilly | Aubrey Beardsley | Roger de Beauvoir | Brummel | Byron | Boni de Castellane | Astolphe Custine | Félix Fénéon | Villiers de l'Isle-Adam | Alphonse Karr | Jean Lorrain | Pierre Loti | Robert de Montesquiou | Comte d'Orsay | Nestor Roqueplan | Saint-Cricq | Lord Seymour et Montrond | Oscar Wilde



Pierre Loti (1850-1923)


Bien qu’il ne soit pas toujours considéré comme tel, Pierre Loti fut un authentique dandy, même le plus exotique – au sens propre – d'entre eux. Mais à rebours de tous les clichés, il ne fut pas, en cette fin de XIXème siècle, de ces dandys décadents dont les péripéties débauchées et superbes noircissaient quotidiennement les pages des journaux.

Pierre Loti en Oriental

Pierre Loti fut officier de Marine, écrivain (académicien) et mondain, équation inédite et cadre parfait pour un dandysme singulier. La Marine, tout d’abord, offrit à cet amoureux du voyage l’élégance de l’uniforme, la sagesse du marin, la profondeur des Romantiques et les symboles des Symbolistes. Faisant sien le vers de Baudelaire "les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent pour partir", il découvrit les mers exotiques, les contrées insolites et les océans déchaînés.

L’écriture ensuite lui permit de raconter son parcours et ses impressions de voyage sur le mode biographique mais également de distiller sa sensibilité et son expérience de marin dans ses romans d’une justesse et d’une élégance sans pareilles. Cependant, ses écrits ne furent, comme ceux de Wilde, que des digressions réussies d’une conversation brillante, cultivée et nourrie d’anecdotes poétiques ou truculentes.

Enfin, Pierre Loti fut un mondain respecté. Il transforma sa maison en une caverne d’Ali Baba - ou en une chaumière bretonne -, déclinant le thème romantique de l’Ailleurs avec ses souvenirs d’escale. Un peu des îles et de l’Orient recevait, dans une atmosphère surchargée mais d’un goût exquis, le Tout-Paris. On vint en nombre écouter Loti et le voir dans ses déguisements orientalisants.

Juliette Adam l’avait introduit dans les cercles littéraires où il fréquenta Alphonse Daudet, Ernest Renan et tant d’autres qui le poussèrent, à la suite de ses publications, à se présenter à l’Académie. Un peu après l’annonce de son admission, on lui confia le commandement du Javelot, considéré plus comme un consulat flottant que comme un navire de guerre. Loti mit alors à profit ses talents mondains pour séduire les cours exotiques où il fit escale. Quant à son discours d’introduction sous la Coupole, il fut plus un pamphlet contre Zola qu’un hommage à son prédécesseur.

Pierre Loti fut un dandy beaucoup moins clinquant que ses contemporains, mais il fut certainement le plus baudelairien et le plus symboliste. Les autres parlaient de voyages et s’arrêtaient à Londres, au mieux à New-York. Lui navigua sur toutes les mers du monde puis fit de l’exotisme un art de vivre dandy. Sa vie fantasque et brillante, exquise et élégante, fut celle d’un grand homme et d’un grand écrivain.

Pierre Loti en uniforme



Introduction | Gabriele d'Annunzio | Milord Arsouille | Barbey d'Aurevilly | Aubrey Beardsley | Roger de Beauvoir | Brummel | Byron | Boni de Castellane | Astolphe Custine | Félix Fénéon | Villiers de l'Isle-Adam | Alphonse Karr | Jean Lorrain | Pierre Loti | Robert de Montesquiou | Comte d'Orsay | Nestor Roqueplan | Saint-Cricq | Lord Seymour et Montrond | Oscar Wilde

Accueil