Savoir-Ecrire ou Mourir
ce qui vient du coeur peut s'écrire, mais non ce qui est le coeur lui-même (Alfred de Musset)

contenu | forme | formules | papier | enveloppe | signature | cartes de visite | internet



L'étiquette selon Talleyrand

L'ancien évêque d'Autun offrait à ses convives leur part du plat qu'il découpait en des termes soigneusement mesurés à leur importance :
"Monsieur le duc, Votre Grâce me fera-t-elle l'honneur d'accepter de ce boeuf ?
- Mon prince, aurai-je l'honneur de vous envoyer du boeuf ?
- Monsieur le marquis, accordez-moi l'honneur de vous offrir du boeuf.
- Monsieur le comte, aurai-je le plaisir de vous envoyer du boeuf ?
- Monsieur le baron, voulez-vous du boeuf ?"
Et quand il arrivait au simple monsieur, le diplomate frappait avec sa main sur son assiette, fixant ses yeux sur ceux du convive, et prononçait ce simple mot sur le ton interrogatif : "Boeuf ?"


Formules d'appel


La lettre privée ne contient pas d'en-tête (et abstenez-vous de faire précéder votre message d'une citation, malgré vos efforts votre lettre n'aura rien d'un monument littéraire) donc elle commence par la formule d'appel. Ratez votre entrée, et soyez sûr de ne pas être pris au sérieux.

A un inconnu, un étranger ou un fournisseur, la formule d'appel est "Monsieur" ou "Madame" ou "Mademoiselle" tandis que pour un ami, "Cher ami" ou "Bien cher ami" font l'affaire. Il est possible, quoique nous ne le recommandions pas, d'utiliser le possessif ("Mon cher X") mais proscrivez absolument le "Mon cher Monsieur".


Formules de courtoisie


Il existe de nombreuses formules de courtoisie et chacune d'elles a une nuance bien particulière. La formule de courtoisie est aussi importante que la formule d'appel. Bien rédigée, elle ne sera certes peut-être que survolée, mais soyez certain qu'une faute de goût en la matière sera repérée à coup sûr. La structure de la formule de courtoisie est invariable : elle commence par "daignez agréer" (révérence), "je vous prie d'agréer" (déférence), "veuillez agréer" (courtoisie), "agréez", "recevez" (familier). Suit ensuite la formule "l'assurance" (et non "les assurances") si vous vous adressez à un subordonné ou "l'expression" si vous vous adressez à un supérieur.

Enfin, vous enverrez votre "considération", votre "dévouement" ou votre "respect" (à des supérieurs). A une femme mariée envoyez vos "hommages" ou vos "hommages respectueux" et à une femme non mariée vos "sentiments respectueux".


Formules particulières


Certains titres, rangs et fonctions appellent des formules particulières. En voici une liste non exhaustive.

Rang Formule d'appel Formule de courtoisie
Souverain Pontife Très Saint Père J'ai l'honneur d'être, Très Saint Père, avec le plus profond respect, votre serviteur.
Souverains et chefs d'Etat Sire, Madame, Monsieur le Président Daignez (Veuillez) agréer, Sire (Monsieur le Président), l'hommage de mon profond respect.
Princes et Princesses des Maisons souveraines Monseigneur, Madame Je prie Votre Altesse (Impériale, Royale, Sérénissime) d'agréer l'hommage de mon profond respect.
Ambassadeurs Monsieur l'Ambassadeur (ou Excellence pour flatter) Veuillez agréer, Monsieur l'Ambassadeur, l'assurance de ma très haute considération.
Cardinaux Éminence Veuillez agréer, Éminence, l'assurance de ma très haute considération.
Envoyés extraordinaires, Ministres plénipotentiaires Monsieur le Ministre Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'assurance de ma haute considération.
Maréchal Monsieur le Maréchal Veuillez agréer, Monsieur le Maréchal, l'expression de mes sentiments très respectueux.
Gouverneur Général Monsieur le Gouverneur général Veuillez agréer, Monsieur le Gouverneur général, l'assurance de ma haute considération.
Archevêques, Évêques Excellence Veuillez agréer, Excellence, l'assurance de ma haute considération.
Académiciens Maître Veuillez agréer, Maître, l'assurance de ma très haute considération.
Ministres, Sous-secrétaires d'Etat Monsieur le Ministre Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l'expression de mes sentiments respectueux ... l'assurance de ma très haute considération.
Sénateurs, députés Monsieur le Sénateur, Monsieur le Député Veuillez agréer, Monsieur le Sénateur, l'assurance de ma considération très distinguée.
Préfet, maire Monsieur le Préfet, Monsieur le Maire Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de ma considération très distinguée.
Chargé d'affaires, consul général Monsieur le Chargé d'affaires, Monsieur le Consul général Veuillez agréer, Monsieur le Chargé d'affaires, l'assurance de ma considération la plus distinguée (Chargé d'affaires) très distinguée (Consul général).
Ecclésiastique responsable d'un ordre Très Révérend Père, Révérendissime Mère Veuillez agréer, Très Révérend Père, l'expression de mes sentiments très respectueux.
Ecclésiastique Monsieur l'Abbé, Père, Mon Père Veuillez agréer, Monsieur l'Abbé, l'assurance de mon respect.

Nota : ces exemples ne sont donnés qu'à titre indicatif. L'emploi de ces formules, qui dépend évidemment du grade et de la fonction, est affaire de tact et de circonstance.


Quelques remarques supplémentaires :

  • Un Président, un Premier Ministre, un Bâtonnier, un Ministre le restent toute leur vie. Ils ont donc encore droit à leur appelation après que leur mandat est achevé.
  • Malgré la ridicule poussée féministe qui proclame cette égalité tant haïe par Barbey, il est incorrect et laid d'écrire ou de dire Madame la Ministre, Madame l'avocate, Madame la Députée, ...
  • Si vous écrivez à un évêque ou un cardinal, la formule "Eminence" ou "Excellence" oblige à s'adresser à la troisième personne tout au long de la lettre et à utiliser "votre Eminence" et "votre Excellence" pour désigner le prélat. Evitez les plus faciles "Monsieur le Cardinal" et "Monseigneur" qui requièrent la deuxième personne.
  • Pour une lettre à un aristocrate titré, l'appel est "Monsieur le Duc" ou "Prince". Pour la noblesse inférieure, on se contentera d'un "Monsieur". Il ne faut donc jamais écrire "Monsieur le Comte".
  • Pour les militaires, les appels diffèrent suivant les armes. Pour une lettre à un Général, l'appel est "Mon Général" si c'est un homme qui écrit et "Général" si c'est une femme. En revanche, on écrira toujours "Amiral". La remarque est valable pour les grades supérieurs. Aux officiers subalternes (à partir de capitaine ou lieutenant de vaisseau) on écrit "Monsieur".


    contenu | forme | formules | papier | enveloppe | signature | cartes de visite | internet

    Accueil